bêtise


bêtise

bêtise [ betiz ] n. f.
XVe; de bête
1Défaut d'intelligence et de jugement. crétinerie, idiotie, imbécillité, naïveté, niaiserie, sottise, stupidité. Faire preuve de bêtise. Il est d'une rare bêtise. Une bêtise crasse. Il a eu la bêtise de les croire.
2Action ou parole sotte ou maladroite. bévue, sottise (cf. N'importe quoi). Faire des bêtises. bourde, 2. gaffe. Élève qui répond une bêtise. ânerie. Dire des bêtises. absurdité, balourdise, fam. connerie, ineptie, insanité, maladresse.
Action, parole, chose sans valeur ou sans importance. babiole, bagatelle, baliverne, enfantillage, niaiserie, plaisanterie. S'amuser, passer son temps à des bêtises. broutille, futilité. Se brouiller pour une bêtise, pour un motif futile. « Vous dois-je beaucoup d'argent pour cette petite bêtise ? » (Balzac).
3Action déraisonnable, imprudente. folie. Il faut l'empêcher de faire des bêtises. (En parlant d'un enfant) Acte inconsidéré, désagréable pour les adultes de l'entourage. Quelle bêtise as-tu encore faite ?
4 ♦ BÊTISES (DE C AMBRAI) : berlingots à la menthe.
⊗ CONTR. Intelligence; esprit, finesse, ingéniosité, subtilité.

bêtise nom féminin (de bête) Manque d'intelligence ou de jugement ; stupidité : J'ai eu la bêtise de ne pas vérifier aussitôt. Propos stupide, irréfléchi, ou futile et plaisant ; sottise : J'ai peut-être dit une bêtise ? Action irréfléchie, imprudente ou répréhensible : Vous avez fait une bêtise en refusant cette proposition. Chose futile, sans importance : Dépenser son argent en bêtises. Berlingot à la menthe. (Spécialité de Cambrai.) ● bêtise (citations) nom féminin (de bête) Émile Chartier, dit Alain Mortagne-au-Perche 1868-Le Vésinet 1951 Ma grande objection à l'argent, c'est que l'argent est bête. Propos d'économique Gallimard Honoré de Balzac Tours 1799-Paris 1850 La bêtise a deux manières d'être : elle se tait ou elle parle. La bêtise muette est supportable. Pierrette Charles Baudelaire Paris 1821-Paris 1867 La Bêtise au front de taureau. Les Fleurs du Mal, l'Examen de minuit Pierre Augustin Caron de Beaumarchais Paris 1732-Paris 1799 Que les gens d'esprit sont bêtes ! Le Mariage de Figaro, I, 1 Paul, dit Tristan Bernard Besançon 1866-Paris 1947 Pour un homme intelligent, vous n'êtes pas si bête que ça. Le Petit Café Calmann-Lévy Albert Camus Mondovi, aujourd'hui Deraan, Algérie, 1913-Villeblevin, Yonne, 1960 La bêtise insiste toujours. La Peste Gallimard Louis Ferdinand Destouches, dit Louis-Ferdinand Céline Courbevoie 1894-Meudon 1961 Quand la haine des hommes ne comporte aucun risque, leur bêtise est vite convaincue, les motifs viennent tout seuls. Voyage au bout de la nuit Gallimard Malcolm de Chazal Vacoas 1902-Port-Louis 1981 C'est toujours l'âne qui brait le plus fort qui est le plus racé ; la bêtise est tonitruante. Sens plastique Gallimard Charles Antoine Fournier, dit Jean Dolent 1835-1909 Le plus souvent les bêtises se disent à pleine voix. Amoureux d'art Lemerre Maxime Du Camp Paris 1822-Baden-Baden 1894 Académie française, 1880 L'esprit est ce qu'il y a de plus bête au monde. L'Attentat Fieschi Charpentier Gustave Flaubert Rouen 1821-Croisset, près de Rouen, 1880 Académie française, 1880 La bêtise consiste à vouloir conclure. Correspondance, à Louis Bouilhet, 1850 Joseph Arthur, comte de Gobineau Ville-d'Avray 1816-Turin 1882 Gloire à Dieu qui a voulu, pour des raisons que nous ne connaissons pas, que la méchanceté et la bêtise conduisent l'univers ! Nouvelles asiatiques Jules Huot de Goncourt Paris 1830-Paris 1870 et Edmond Huot de Goncourt Nancy 1822-Champrosay, Essonne, 1896 Ce qui entend le plus de bêtises dans le monde est peut-être un tableau de musée. Idées et sensations Remy de Gourmont Bazoches-au-Houlme, Orne, 1858-Paris 1915 Ce qui est immoral, c'est la bêtise. Dialogues des amateurs sur les choses du temps Mercure de France Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 Les bêtises sont le contraire des femmes. Les plus vieilles sont les plus adorées. Fragments Pierre Choderlos de Laclos Amiens 1741-Tarente 1803 Mon Dieu, que ces gens d'esprit sont bêtes ! Les Liaisons dangereuses Paul Léautaud Paris 1872-Robinson 1956 Je n'ai rien vu de grand dans la vie que la cruauté et la bêtise. Journal littéraire Mercure de France Michel Eyquem de Montaigne château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592 L'obstination et ardeur d'opinion est la plus sûre preuve de bêtise : est-il rien certain, résolu, dédaigneux, contemplatif, grave, sérieux, comme l'âne ? Essais, III, 8 Henry Millon de Montherlant Paris 1895-Paris 1972 Académie française, 1960 Je n'ai jamais vu d'enthousiasme que pour des causes bêtes. Malatesta, III, 3, Monsignor Perugia Gallimard Napoléon Ier, empereur des Français Ajaccio 1769-Sainte-Hélène 1821 Bon Dieu ! que les hommes de lettres sont bêtes ! Lettres, à Cambacérès, 24 janvier 1806 Louis Pergaud Belmont, Doubs, 1882-Marchéville-en-Woëvre, près de Verdun, 1915 « Dire que, quand nous serons grands, nous serons peut-être aussi bêtes qu'eux ! » La Guerre des boutons Mercure de France Antoine Rivaroli, dit le Comte de Rivarol Bagnols-sur-Cèze 1753-Berlin 1801 Il faut plutôt, pour opérer une révolution, une certaine masse de bêtise d'une part qu'une certaine dose de lumière de l'autre. Fragments et pensées politiques Donatien Alphonse François, comte de Sade, dit le marquis de Sade Paris 1740-Charenton 1814 Il n'y a d'autre enfer pour l'homme que la bêtise ou la méchanceté de ses semblables. Juliette Jean-Paul Sartre Paris 1905-Paris 1980 Il faut un double soleil pour éclairer le fond de la bêtise humaine. Nekrassov Gallimard Paul-Jean Toulet Pau 1867-Guéthary 1920 Les femmes le savent bien que les hommes ne sont pas si bêtes qu'on croit… qu'ils le sont davantage. Les Trois Impostures Émile-Paul Paul Valéry Sète 1871-Paris 1945 La bêtise n'est pas mon fort. Monsieur Teste, la Soirée avec Monsieur Teste Gallimard Paul Valéry Sète 1871-Paris 1945 Bêtise et poésie. Il y a des relations subtiles entre ces deux ordres. L'ordre de la bêtise et celui de la poésie. Calepin d'un poète Gallimardbêtise (synonymes) nom féminin (de bête) Manque d'intelligence ou de jugement ; stupidité
Synonymes :
- imbécillité
- stupidité
Contraires :
- ingéniosité
- subtilité
Propos stupide, irréfléchi, ou futile et plaisant ; sottise
Synonymes :
- ânerie
- bourde (familier)
Action irréfléchie, imprudente ou répréhensible
Synonymes :
- bourde (familier)
- gaffe (familier)
Chose futile, sans importance
Synonymes :
- bricole (familier)

bêtise
n. f.
d1./d Défaut d'intelligence, de jugement; sottise, stupidité.
d2./d Action ou propos bête. Il fait, dit des bêtises.
|| Action, propos, chose insignifiants. Se fâcher pour une bêtise, pour un motif futile.
d3./d Action imprudente ou dangereuse. Surveillez-le, il risque de faire une bêtise.
d4./d (Haïti, Québec) Plur. Par euph. Injures, invectives. Dire, crier, chanter des bêtises à qqn, l'injurier, l'invectiver.
d5./d (Afr. subsah.) (Souvent usité au pl.) En Côte d'Ivoire, au Bénin, au Togo, petite statuette à caractère érotique.

⇒BÊTISE, subst. fém.
I.— [En parlant du comportement]
A.— Manque d'intelligence.
[En parlant d'une pers.] Manque d'intelligence et de jugement. C'est sa bêtise qui l'a perdu (Ac. 1835-1932, BESCH. 1845) :
1. Sous sa fausse bonhomie, sous cet air Turcaret, sous son ignorance et sa bêtise, il y a toute la finesse du marchand de chapeaux dont il est issu.
BALZAC, Les Illusions perdues, 1843, p. 433.
2. La bêtise humaine est un gouffre sans fond, et l'océan que j'aperçois de ma fenêtre me paraît bien petit à côté.
FLAUBERT, Correspondance, 1875, p. 208.
B.— P. méton. [En parlant des manifestations extérieures de ce manque d'intelligence : actions, propos, comportement] La bêtise de leurs propos (MONTHERLANT, La Petite Infante de Castille, 1929, p. 624).
1. [Dans le domaine de la parole] Dire des bêtises :
3. Le nombre de bêtises qu'une personne intelligente peut dire dans une journée n'est pas croyable.
GIDE, Journal, 1940, p. 54.
4. ... la cervelle humaine est, dans ce moment, détraquée comme le reste. Il y entre de prétendues idées fortes, qui font dire aux plus intelligents des bêtises grosses comme des maisons.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1871, p. 767.
En partic.
a) Tenir des propos badins.
b) P. ext. Dire des grivoiseries :
5. « Vous la connaissez aussi cette femme? — Depuis cette nuit seulement. » Il y eut un oh! général, et l'abbé demanda si l'on allait entendre des bêtises.
J. RICHEPIN, La Glu, 1881, p. 28.
2. [Dans le domaine de l'action] Faire des bêtises. Se conduire de façon peu sage.
a) [En parlant d'un enfant] Un enfant qui ne cesse de faire des bêtises (ROB.). Un enfant insupportable :
6. MADAME LEPIC. — Qu'est-ce que tu fais, Poil de Carotte?
POIL DE CAROTTE. — Je ne sais pas, maman.
MADAME LEPIC. — Cela veut dire que tu fais encore une bêtise. Tu le fais donc toujours exprès?
RENARD, Poil de Carotte, 1894, p. 309.
P. ext. Action sans gravité. Pleurer, se brouiller pour une bêtise :
7. On y retrouve Lambert, Le Fourrier, Bourland, de la liaison du colonel, Demachy, Godin qui était sergent et que Barbaroux, le Major, a fait casser pour une bêtise, Ricordeau et parfois l'adjudant Berthier, quand il s'ennuie à son mess.
DORGELÈS, Les Croix de bois, 1919, p. 118.
b) [En parlant d'un adulte] Faire la noce (GUÉRIN 1892, Lar. encyclop.) :
8. Mais me voyez-vous, moi, le baron de La Musardière... Homme grave, homme marié, qui veux bien faire des bêtises, mais qui ne veux pas que ma femme s'en doute, ...
MEILHAC, HALÉVY, La Boule, 1875, I, 14, p. 40.
Faire la bêtise. Faire l'amour (cf. GUÉRIN 1892) :
9. ... faisons cette bêtise,
L'amour, et livrons-nous naïvement à Dieu.
HUGO, La Légende des siècles, t. 4, 1877, p. 846.
P. euphém. Faire une bêtise. Se laisser séduire, en parlant d'une jeune fille :
10. Tu te souviens? dit La Levaque en se penchant à l'oreille de La Maheude, toi qui parlais d'étrangler Catherine, si elle faisait la bêtise!
ZOLA, Germinal, 1885, p. 1269.
c) Loc. Pas de bêtises. Locution voulant inciter la personne à laquelle elle s'adresse à être « sage », « raisonnable », dans le domaine de l'amour, parfois de la criminalité. Et pas de bêtises, surtout (...) ne va pas le tuer (PONSON DU TERRAIL, Rocambole, t. 2, Le Club des valets de cœur, 1859, p. 134).
II.— [En parlant d'une chose, envisagée sous le rapport de sa valeur]
A.— Objet de peu de valeur, babiole :
11. ... il [Delabelle] rapportait (...) un petit cadeau pour Désirée, un rien, une bêtise.
A. DAUDET, Fromont jeune et Risler aîné, 1874, p. 26.
Péj. Écrit sans intérêt :
12. Vous savez que j'ai quitté mon grand roman pour écrire une petite bêtise moyenâgeuse qui n'aura pas plus de trente pages. Cela me met dans un milieu plus propre que le monde moderne et me fait du bien.
FLAUBERT, Correspondance, 1875, p. 279.
B.— CONFISERIE. Sorte de berlingot devenu une spécialité renommée de Cambrai :
13. ... Mademoiselle Thérèse, (...), me plaisait par son humeur égale et riante; elle excellait à faire des bêtises. On appelait ainsi des bonbons au caramel qu'on servait dans une petite caisse de papier, ce qui me paraissait un grand effet de l'art.
A. FRANCE, Le Petit Pierre, 1918, p. 143.
Rem. On rencontre dans qq. dict. (Lar. encyclop., DUB., QUILLET 1965) le subst. masc. bêtisier, synon. de sottisier. Recueil de sottises, de « bourdes » involontaires, rassemblées dans le but d'amuser le grand public.
PRONONC. :[beti:z]. Également [-]. Demi-longueur pour la voyelle de 1re syll. dans PASSY 1914. ,,La conservation de l'e ouvert est combattue par la tendance que l'e prétonique paraît avoir à se fermer devant une tonique fermée : phénomène d'assimilation ou d'accommodation`` (MART. Comment prononce 1913, p. 73).
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. XVe s.-av. 1520 bestise « sottise, stupidité » (SEYSSEL, Appian, guerres civiles, 85, éd. 1544 cité dans R. Hist. litt. Fr., 1898, p. 289 : Philippe voyant la bestise et imbécilité de Aminauder); 2. 1918 « sorte de bonbon » (supra ex. 13); 1929 « bonbon à la menthe qui est la spécialité de Cambrai » (Lar. 20e).
Dér. de bête; suff. -ise; au sens 2 emploi partic. du mot soit parce que la création de ces bonbons est due à une erreur de dosage lors de la fabrication, soit p. réf. au sens de « babiole, petite chose, bagatelle ».
STAT. — Fréq. abs. littér. :2 159. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 1 609, b) 4 921; XXe s. : a) 4 325, b) 2 569.
BBG. — POHL (J.). La Maison dans les fr. marginaux. Vie Lang. 1969, p. 148.

bêtise [betiz] n. f.
ÉTYM. XVe; de bête.
A
1 (La bêtise). Défaut d'intelligence et de jugement. Sottise; idiotie, imbécillité, ineptie, jobarderie, naïveté, niaiserie, stupidité. || La bêtise de qqn, sa bêtise. || « Une charge à fond contre la bêtise humaine » (→ Catoblépas, cit. 1). || Faire preuve de bêtise. || Il est d'une bêtise ! || Une rare bêtise. || Une bêtise crasse, décourageante, ridicule. || Une ignorance qui confine à la bêtise. Ignorance. || Être bon jusqu'à la bêtise, d'une bonté excessive, qui s'exerce sans discernement. || Avoir la bêtise de (et inf.). || Il a eu la bêtise de les croire.(Animaux). → ci-dessous, cit. 3.
1 L'obstination et ardeur d'opinion est la plus sûre preuve de bêtise (…)
Montaigne, Essais, III, 8, De l'art de conférer.
2 Un air de béatitude faisait volontiers prendre sa simplicité pour bêtise (…)
Saint-Simon, Mémoires, II, 341.
3 Les oiseaux s'avancent en dandinant vers le futé quadrupède (le renard), qui affecte autant de bêtise qu'ils en montrent.
Chateaubriand, Voyage en Amérique, Renard.
4 Pas une buse diplomatique qui ne se crût supérieure à moi de toute la hauteur de sa bêtise.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, II, 2.
5 Il y a en moi, pauvre et simple homme de village, plus de bêtise que de méchanceté (…)
P.-L. Courier, I, 144.
6 Il n'est rien de tel que le spectacle d'un procès criminel pour dissiper la mélancolie, tant les juges sont ordinairement d'une bêtise réjouissante.
Hugo, Notre-Dame de Paris, VIII, I, p. 90.
7 (…) il rayonnait
Au-dessus des humains, à force de bêtise.
Hugo, les Années funestes, XXIII.
8 La bêtise est quelque chose d'inébranlable, rien ne l'attaque sans se briser contre elle.
Flaubert, Correspondance, t. II, p. 2.
9 (…) ils ont fait (de l'Écriture) […] le garde-meuble enfin de la bêtise et de la méchanceté humaines.
France, la Rôtisserie de la reine Pédauque, p. 114 (→ Absurdité, cit. 3).
9.1 Je vous assure que la bêtise a une espèce d'odeur qui sort d'elle-même. L'homme n'a pas besoin de parler.
J. Renard, Journal, 16 août 1909.
10 (…) le nez est généralement l'organe où s'étale le plus aisément la bêtise.
Proust, À la recherche du temps perdu, t. X, p. 66.
10.1 La bêtise n'est pas mon fort.
Valéry, Monsieur Teste, p. 15.
REM. C'est le narrateur, et non pas M. Teste, qui s'exprime.
10.2 La bêtise, par insuffisance de conscience de soi, c'est-à-dire de retour vers soi de ce que soi a émis. Cette bêtise-là consiste en une inaptitude à se moquer de soi-même. — Ou ne pas se voir, ou ne pas se voir ridicule.
Valéry, Cahiers, Pl., t. II, p. 249.
11 Ses plus féroces boutades s'attaquaient à la vie, à la bêtise humaine; elles ne blessaient que les sots.
Martin du Gard, les Thibault, t. III, p. 130.
12 La bêtise consterne et ne donne guère l'envie de rire. Plutôt elle attriste et nous rend bêtes par contagion.
Cocteau, la Difficulté d'être, XXIII, p. 184.
12.1 La Bêtise, essentiellement, milite. Elle sert des systèmes qui se prétendent de première utilité parce qu'ils sont exclusivement raisonnables. L'innocence, elle, est capable d'attirer l'attention des hommes les meilleurs pour les persuader que, plus loin que les solutions hâtives à des problèmes mal connus et mal posés, une folle sagesse, plus savante que les livres, affirme tranquillement des vérités qui n'ont rien à faire avec le mensonge.
P. Éluard, les Sentiers et les Routes de la poésie, Invraisemblances et hyperboles, p. 48.
2 (Une, des bêtises). Action ou parole peu intelligente, sotte ou maladroite. Sottise. || Faire, dire des bêtises. Maladresse, ânerie; bourde, (fam.) connerie, gaffe. || Réparer, racheter, rattraper une bêtise.
12.2 Quel délicieux livre à écrire, les bêtises des plus grands esprits !
Barbey d'Aurevilly, Pensées détachées, Pl., t. II, p. 1235.
13 Il semblait avoir découvert que le plus sûr moyen de ne jamais dire de bêtises est de ne point parler du tout.
Gide, Si le grain ne meurt, I, 10.
3 (Une, des bêtises). Action, parole, chose sans valeur ou sans importance. Babiole, bagatelle, enfantillage, plaisanterie. || S'amuser, passer son temps à dire des bêtises. || Se brouiller, se battre pour une bêtise, pour un motif futile.
14 (…) et ce que je dis là d'elle n'annonce pas des mouvements de mauvaise humeur bien opiniâtres ni bien sérieux : ce sont des bêtises ou des enfances dont il n'y a que de bonnes gens qui soient capables (…)
Marivaux, la Vie de Marianne, II.
15 Vous êtes bien bon, mon cousin. Vous dois-je beaucoup d'argent pour cette petite bêtise ?
Balzac, le Cousin Pons, Pl., t. VI, p. 549.
16 Elle, parlait de miracles, de neuvaines, ou de pieuses images (…) Lui, disait que c'étaient des bêtises et des mômeries, comme il avait entendu dire à son grand-père.
R. Rolland, Jean-Christophe, Le buisson ardent, I, p. 1305.
4 (Une, des bêtises). Action déraisonnable, imprudente. Folie. || Il faut l'empêcher de faire des bêtises.Loc. Pas de bêtises !, soyez sage. || Et surtout pas de bêtises.
(D'un enfant). Acte inconsidéré, désagréable pour les adultes de l'entourage. || Il ne fait que des bêtises, c'est un enfant, un élève, un gosse insupportable. || Allons, quelle bêtise as-tu encore faite ?
Spécialt. Vieilli. Faire une bêtise : accepter des relations sexuelles (le sujet désigne une femme, et l'expression implique des conséquences morales, sociales…).
Vx. Faire des bêtises : s'amuser, faire la noce.
17 Chez les riches, un homme qui s'amuse fait des bêtises.Il est ce qu'on appelle, en souriant, un noceur.
Maupassant, Mon oncle Jules, Pl., t. I, p. 932.
B (1907, Larousse mensuel; soit à cause d'une erreur qui serait à l'origine de la fabrication de ces bonbons, soit par référence à « petite chose sans importance »). || Bêtise de cambrai : berlingot à la menthe, spécialité de Cambrai.
CONTR. Intelligence. — Esprit, finesse, ingéniosité, subtilité. — Bon sens, prudence, sérieux (parole, action).
DÉR. Bêtiser, bêtisier.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Betise — Bêtise Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Bétise — Bêtise Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • bêtise — BÊTISE. s. f. Défaut d intelligence et des notions les plus communes. Il est d une bêtise extrême. [b]f♛/b] On appelle aussi Bêtise, Les actions et les propos qui annoncent ce défaut des facultés intellectuelles. Il a dit, il a fait une bêtise,… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Bêtise — (fr., spr. Behtihs), eine Dummheit, s.u. Bête …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Bêtise — (franz.), Dummheit …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Bêtise — (frz., spr. bätihs ), Dummheit …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Betise — Betise,die:⇨Dummheit(1) …   Das Wörterbuch der Synonyme

  • bêtise — [be tēz′] n. [Fr < bête, beast < OFr beste: see BEAST ] 1. pl. bêtises [betēz′] a foolish act, remark, etc. 2. stupidity or foolishness …   English World dictionary

  • bêtise — (bé ti z ; dans quelques provinces on prononce bê ti z ; mais l usage est pour bé ti z ) s. f. 1°   Défaut d intelligence et de jugement. •   Il y a tant de disproportion entre le mérite et la bêtise, PASC. P. Jés. 34. •   Il y a en moi, pauvre… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BÊTISE — s. f. Défaut d intelligence, de jugement, de bon sens, ou des notions les plus communes. Il est d une bêtise extrême. C est sa bêtise qui l a perdu.   Il se dit aussi Des actions et des propos bêtes. Il a dit, il a fait une bêtise, une grande… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)